Pourquoi étudier les passages relatant les rencontres de Jésus avec des femmes ? Parce que l’on a jamais fini d’en apprendre sur le Christ. Chaque rencontre avec les femmes est pour lui une occasion de révéler une partie de lui-même.  Il a été défenseur, protecteur, médecin, enseignant, maître, etc. de ces femmes, mais surtout l’Homme de leur vie.

Dans cette deuxième partie (voir la première partie ici)  je vous dresse une liste de celles qui ne sont pas désignées par leur nom, leur importance n’étant pas moindre.

Il ne s’agit pas d’études bibliques, (plus tard peut-être) mais d’une sorte d’annuaire. Le but étant de vous encourager à lire, étudier et méditer par vous-même. Vous en ressortirez grandie et assurée de l’amour du Christ; ce qui vous donnera envie d’agir selon ses directives.

  1. La femme adultère.  C’est selon mes observations l’histoire biblique la plus célèbre parmi les non croyants (après la nativité). Certains en parlent sans même savoir qu’il s’agit d’une scène provenant de la Bible.

Adresse biblique : Jean 8 : 1-11

Sa bénédiction particulière : Jésus la sauve d’une mort certaine par lapidation.

Son tempérament  : pécheresse

Pourquoi l’étudier  : Ce passage qui nous raconte la rencontre de Jésus avec une femme est pour moi le plus parlant en ce qui concerne le retour à la loi. Il est plus explicite que tous les beaux discours et toutes les belles doctrines. D’une grande profondeur il nous enseigne plus que le simple pardon des péchés. La loi ordonnait la lapidation de cette femme adultère. Un chrétien peut-il retourner à la loi juive après un tel désaveu de cette même loi de la part de notre Sauveur ?

Pour aller plus loin. 1) Si Jésus pardonne le péché l’accepte t-il ? que demande t-il pour le futur ? 2) L’hypocrisie des légalistes : où est passé l’homme adultère? Lui aussi devait être lapidé selon la loi. Les légalistes choisissent de pardonner le péché de l’un alors qu’il font payer le même péché à l’autre.  3) Comment Jésus ‘définit’ ici un légaliste : un pécheur caché pointant du doigt un pécheur visible. 4) L’égalité homme femme face au traitement du péché. 5) De quel groupe es-tu ? De celui des pécheurs cachés accusateurs qui attendent d’être mis à nu avant de s’enfuir tête baissée, ou du pécheur pardonné qui repart en entendant cette parole “va et ne pêche plus”?

  1.  La femme pécheresse  :

Adresse biblique : Luc 7: 36-50

Sa bénédiction : Elle a touché les pieds de Jésus. Elle a lavé les pieds de Jésus de ses larmes. Elle a essuyé les pieds de Jésus avec ses cheveux. Elle a embrassé les pieds de Jésus. Elle a oint de parfum les pieds de Jésus. C’est tout simplement le plus beau passage des évangiles pour moi. Et vous savez quoi ? Je l’envie.

Particularité de ce passage : Les écritures ne donnent pas le nom de cette femme. Elle oint Jésus comme Marie de Béthanie mais n’a rien à voir avec elle. Certains ont vite fait de la confondre avec Marie de Magdala. Si c’était le cas, Luc qui est si précis n’aurait permis aucune ambiguité sur son identité. Et cerise sur le gâteau, Jésus est particulièrement exceptionnel au cours de cet événement.  

Pourquoi l’étudier : La passion pour le Christ, l’intimité avec le Christ, le service pour Christ. Un enseignement particulier sur le salut. Pourquoi Luc l’appelle t-il encore ‘femme pécheresse’ alors qu’il est évident qu’elle a rencontré le Seigneur ? Qu’est-ce que cela nous enseigne ? A t-elle rencontré Jésus avant d’arriver chez Simon ou avant d’en ressortir ? Comment ce passage met-il en lumière la divinité de Jésus ?

  1. La femme samaritaine.C’est encore une fois lors d’une rencontre avec une femme qu’un enseignement capital est donné. La doctrine la plus importante sur l’adoration est enseignée directement à la Samaritaine.  

Adresse biblique : Jean 4.1-42

Sa bénédiction particulière : Enseignée seule à seule par le Christ.

Son tempérament  : Libérée. Elle vit une vie hors des conventions sociales. Elle n’est guère intimidée par le Seigneur et argumente même avec Lui.

Pourquoi l’étudier  : Enseignement sur la véritable adoration. Pour trouver les 3 caractères de Jésus qui ressortent de ce passage. L’épisode de la femme Samaritaine est un moment d’élégance démesurée. Il renforce l’image de Jésus en tant que grand monsieur ou “gentleman” pour que l’idée soit plus claire. Comment Jésus traite t-il le péché de cette femme ? C’est vraiment très intéressant de se pencher sur la manière dont il procède afin de faire courir la Samaritaine vers la véritable liberté.

  1. La veuve de Naïm 

Adresse biblique : Luc 7:11-17

Sa bénédiction particulière :  Son fils est le premier, sur trois, que Jésus réssuscite. Dieu a changé son deuil en allégresse.

Son tempérament : Veuve et mère éplorée.

Pourquoi l’étudier : Deux cortèges se rencontrent : celui de la vie et de la joie conduit par Jésus et celui de la mort et de la tristesse dont fait partie la veuve de Naïm. Le cortège de la vie entre dans la ville quand celui de la mort est en train de sortir de la ville.  Symbolique puissante ! Quel est le cortège qui voit l’autre en premier ? Quel est le cortège qui s’arrête en premier ? Quel est le cortège qui va vers l’autre ? Quelles conséquences pour le cortège de la mort ? Que se passe t-il ensuite pour le cortège de la vie ? Jésus a le choix entre prendre le risque de se souiller selon la loi afin de donner la vie, ou montrer de l’indifférence. Que fait-il ? Pourquoi Jésus a t-il pitié d’une veuve ? Jésus manifeste de la compassion, mais que fait-il par la suite ? La compassion de Jésus est-elle passive ou plutôt active ?  Jésus n’étant plus là de manière physique pour les veuves, quelle leçon enseigne t-il sur la compassion à ses disciples que nous sommes ?

Pour aller plus loin : Peut-on parler de hasard ou de providence ?  Parallèle évident entre cette scène et l’histoire de Elie et la veuve de Sarepta dans 1 Rois 17. Quelles sont les similitudes et qu’est-ce que cela nous enseigne sur Jésus ? Quelles sont les différences et qu’est-ce que cela nous enseigne sur la grandeur de Jésus, par rapport à Elie ? Parallèle à créer entre la veuve de Naïm et la “pauvre veuve”.

  1. La pauvre veuve 

Adresse biblique : Marc 12.41-44 et Luc 21: 1 à 4

Sa bénédiction particulière :  Elle a été vue du Seigneur en personne. Il a loué son action. Une femme est utilisée pour expliquer ce que je considère moi comme la plus grande leçon au sujet des offrandes.

Son tempérament : Généreuse.

Particularité de ce passage : le passage préféré des loups . L’une des meilleures preuves sur l’importance d’interpréter les passages dans leur contexte.

Pourquoi l’étudier : Quand on ne voit pas Jésus cela ne signifie pas qu’il ne nous voit pas. Que voient les hommes et que voit Dieu ? Comment les ramène t’il à la vérité ?  Celui qui donne plus est-il plus important au yeux de Dieu que celui qui donne moins ?  Selon Jésus quel est le plus important, l’attidude du coeur ou le montant donné ? La louange des hommes ou celle de Dieu ?

Pour aller plus loin : Parallèle entre cette femme et le jeune homme riche…

Pour aller plus en profondeur. Critique de l’institution religieuse. La question la plus importante dans ce passage est la suivante : Jésus nous demande t-il de faire comme cette pauvre veuve ?  Qui plus est pour un bâtiment qui va être détruit ? Pour répondre à cette question il faut lire les passages qui l’entourent et qui se situent dans un contexte de dénonciation des dérives des chefs religieux :  Marc 12 : 38 à 45 . Luc 20 : 46 à Luc 21 : 6. mais aussi 2Corinthiens 8: 13. 

  1. La femme à la perte de sang

Adresse biblique : Matthieu 9 : 20 à 22; Marc 5 : 25-34

Son tempérament : souffre d’une maladie ‘honteuse’ de longue durée.

Pourquoi l’étudier : Contrairement à la veuve de Naïm qui a vu Jésus venir à elle, la femme à la perte de sang est allée avec courage à la recherche de sa guérison. Elle a en quelque sorte forcé le destin. Quelles sont les 3 barrages qu’elle a brisés pour pouvoir atteindre le Christ ?  Qu’est-ce que l’on apprend sur la maladie ? N’a t-elle pas quelques vertues ? A vous de trouver.

Pour aller plus loin : Nous avons aujourd’hui une vue complète de cette histoire ce qui n’était pas le cas pour les personnes présentes au moment où elle se déroule. Contemplez donc la discrétion du Roi des rois. Voyez comment il a respecté l’intimité de cette femme et comparez-le à tous les hommes de Dieu des temps modernes qui dévoilent en réunion public même la couleur des sous-vêtements des femmes qui demandent de l’aide.

7. La femme Syrophénicienne (dans Marc et dit Cananéenne dans Matthieu

Adresse biblique : Marc 7:24-30 Matthieu 15:21-28

Son tempérament : femme de foi, dépourvue d’orgueil. Cherche la délivrance et la guérison de son enfant.

Caractéristique de ce passage : c’est l’unique passage où Jésus traite une femme avec rudesse.  Certains disent qu’il a agi ainsi parce qu’il était aussi humain et en tant que tel, il pouvait craquer. Jésus aurait-il donc péché ? D’autres affirment que son attidude est due au fait que cette femme était une paienne. N’avait-il pas déjà guéri le Gérasénien ? J’avoue que ce passage m’a toujours laissée perplexe et qu’aucune information ne m’a encore convaincue quand au pourquoi de la réaction de Jésus envers une femme en détresse. Ce dont je suis certaine c’est que le Seigneur ne considérait pas les femmes comme des chiens…bien au contraire (voir sa relation avec Marthe, La Samaritaine, les multiples Marie etc.) Ce dont je suis encore certaine c’est qu’il ne manquait aucune bonne occasion d’enseigner.

Pourquoi l’étudier : Jésus fait-il preuve de tolérance ? Si ‘oui’ pourquoi ? Si ‘non’, de quoi fait-il preuve ?  Comment la femme paienne a t-elle pu gagner la faveur du Messie juif ? De quoi fait-elle preuve ? Dans Matthieu 16  les Pharisiens n’ont pas pu pousser Jésus à faire un miracle sur demande. Pourquoi la femme paienne a t-elle réussi là où les religieux ont échoué ?

  1. La femme infirme 

Adresse biblique : Luc 13:10-17

Son tempérament : malade de longue date

Pourquoi l’étudier : Jésus désavoue encore une foi la façon dont les religieux vivent le Sabbat. Ils mettent leurs propres intérêts avant le Sabbat, mais s’opposent au bien-être des autres. Jésus ne fait vraiment pas de cadeau aux légalistes…vraiment aucun. Notre  Seigneur choisit encore une fois la vie par rapport à la religion, et l’amour par rapport à la loi.

  1. La belle-mère de Pierre 

Adresse biblique  : Matthieu 8:14–15, Marc 1:29–31, et luc 4:38–41.

Son tempérament : malade de courte durée

Pourquoi l’étudier :  Cet évènement est jugé assez important pour être rapporté dans 3 des 4 évangiles. Ton problème est-il jugé trop infime pour que Dieu s’en occupe? Peux-tu demander à Dieu d’agir pour ton petit souci alors que des gens attendent l’issue de problèmes qui mènent à la mort ? La belle-mère de Pierre te répond.

Bonus :

  1. La femme de Ponce Pilate 

Adresse biblique : Matthieu 27:18-19

Jésus l’a t-elle rencontrée ? Bonne question…A vos avis.

Conclusion 

Les femmes ont accompagné Jésus toute sa vie et jusqu’à la croix. Tous les hommes l’avaient abandonné, sauf Jean. Cela ne veut pas dire que les hommes l’aimaient moins, loin de là. Ils risquaient d’être tués; et qui est-ce qui n’a pas l’instinct de survie quand la mort montre sa  face? Ces femmes qui suivaient Jésus ne risquaient rien à ce moment-là. Elles n’étaient même pas jugées dignes de mourrir pour leur foi. C’est vous dire ce qu’elles valaient aux yeux des hommes.

Jésus les a jugées dignes d’être compagnons de Sa vie, participants à Sa mort et témoins de Sa résurrection. Ne te laisse donc pas voler Sa présence.

Ami Rougé.

Pour la tribunedesfemmeschretiennes.wordpress.com