Histoire de la pauvre veuve, l’interprétation fait peau neuve.

4. Ils m’ont dit : Dieu ne veut pas de ton superflu, il veut plus.

Réponse : le superflu n’est pas résidu.

Il ne fait aucun doute que les scribes fustigés par le Seigneur dans les versets qui précèdent l’apparition de la veuve sont mis en parallèle avec les riches qui donnent de leur superflu.  Dans Matthieu 23,  Jésus en fait un portrait peu reluisant et on apprend au verset 5 qu’Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Il y a fort à parier qu’ils déposent les pièces dans le tronc en s’appliquant à ce qu’elles fassent beaucoup de bruit, alors qu’en réalité ils donnent peu par rapport à leur niveau de vie. Pas étonnant que Jésus décide de dévoiler leur coeur. Matthieu 23: 4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt. Ils poussent les veuves à se sacrifier mais eux ne sacrifient rien.  En apparence, on a l’impression qu’ils donnent beaucoup à Dieu. Face à la veuve les offrandes des riches font pourtant pâle figure. Cela signifie t-il que le superflu est toujours rejeté par Dieu ? Jésus dénonce plutôt l’hypocrisie de leurs dons et la manière dont ils s’y prennent.

La Bible déclare noir sur blanc dans 2 corinthiens 8:12 à 15 que le don de votre superflu n’est pas rejeté.

12La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu’elle peut avoir à sa disposition, et non de ce qu’elle n’a pas. 13Car il s’agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres,14mais de suivre une règle d’égalité: dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu’il y ait égalité, 15selon qu’il est écrit: Celui qui avait ramassé beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n’en manquait pas.

On ne répètera jamais assez  2 corinthiens 9. La seule condition pour donner : avec joie et sans contrainte. l’exemple D’Ananias et Saphira illustre bien la liberté que Dieu nous accorde avec nos biens.  Actes 5 :  3Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? 4S’il n’eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu’il a été vendu, le prix n’était-il pas à ta disposition?  Ananias et Saphira étaient donc libres, mais ils ont préféré prétendre et sont morts à cause de leur mensonge. Le Seigneur ne méprise pas celui qui a une foi aussi petite qu’un grain de moutarde. Il l’encourage même. (Luc 17:6). Si votre superflu est tout ce que votre foi vous permet de donner avec joie, comment Dieu le rejetterait t-il ? Tant que vous ne donnez pas comme le font les pharisiens hypocrites. Peut-être qu’un jour ce grand Créateur travaillera votre cœur afin que vous soyez poussé à investir dans son royaume plus que votre superflu.

Leçon quatre : Pour l’instant, sachez que votre superflu est forcément le nécessaire de quelqu’un d’autre.