2-Vive les petites mains du royaume ! 

De nombreux morts reçoivent de la passion et des considérations matérielles, alors  que de leur vivant on les regardait à peine; triste réalité. Tabitha avait-elle été reconnue avant sa mort ? Ses actions avaient-elles été appréciées auparavant? Sa couture avait-elle eu la même aura que les miracles de l’apôtre Pierre ? Même si elles avaient profité des largesses de la défunte, les veuves n’ont peut-être réalisé son importance qu’à sa mort. Le récit ne répond à aucune de ces questions, mais nous savons tous que la main qui donne n’est pas toujours honorée, sauf si elle domine. Les veuves ont présenté à Pierre les oeuvres d’une Tabitha morte. Elles ont honoré sa mémoire, c’est louable. Il existe en ce qui nous concerne une voie plus excellente; c’est de faire comme Pierre : présenter ‘Tabitha’ vivante. Je l’ai constaté : on élève le pasteur qui prêche et on a peu d’égard pour celle qui à coups d’éponge lui permet de poser son costume sur le dossier d’une chaise immaculée. On élève celui qui est déjà élevé. Paradoxalement, les assemblées tiennent grâce à cette multitude de petites mains qui ajustent la vie d’église. S’il  n’y a personne à la sono, le grand évangéliste peut dire adieu à sa méga campagne d’évangélisation.

Et si tous les ‘Pierre’ des temps modernes nous présentaient les Tabitha de l’Eglise d’aujourd’hui? Et si les serviteurs de Dieu au sommet, au lieu de les mépriser, honoraient toutes ces petites mains comme ils honorent les pasteurs, les chantres aux belles voix, leurs collègues évangélistes renommés ? Il n’est pas interdit de rêver…Comment pourrions-nous appliquer Jacques 2:1 à 4 si nous faisons déjà acception de personnes entre nous ?

Prends le temps d’évaluer toutes les petites mains que Dieu a mises dans ta vie, celles de tous les jours, voire celles d’un jour. Celles de l’Eglise, celles du dehors. Ce sont ces petites mains qui laisseraient un grand vide dans ta vie si elles venaient à disparaitre  brusquement.

Honorons les ‘Tabitha’ visibles pendant qu’elles sont encore vivantes. C’est ainsi que nous encouragerons les ‘Tabitha’ cachées à lever le voile sur leurs dons si précieux pour le Royaume.