3)  Je puis tout par celui qui me fortifie

femme musclée.jpg

Crédit image (modifiée)<a href=”http://Design vector created by GraphicMama – Freepik.com“>www.freepik.com

Le passage

Philippiens 4
11Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. 12Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. 13Je puis tout par celui qui me fortifie. 14Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse. 15Vous le savez vous-mêmes, Philippiens, au commencement de la prédication de l’Evangile, lorsque je partis de la Macédoine, aucune Eglise n’entra en compte avec moi pour ce qu’elle donnait et recevait; vous fûtes les seuls à le faire,

Le sens magique 

Voici le verset magique de tous ceux qui rêvent grand, des défenseurs de la prospérité matérielle, financière et physique. Le mantra des compétiteurs, des adeptes de la pensée positive en Christ, de ceux qui espèrent grimper l’échelle sociale avec la foi comme marchepied. Ce verset est souvent enseigné de sorte que nous croyions qu’un nain peut devenir champion Olympique du saut en hauteur avec des adversaires de taille standard. S’ils meurent tous au même moment pourquoi pas ? On cite ce verset lorsqu’on veut sortir des difficultés de la vie, lorsqu’on veut réussir à tout prix dans une situation de faiblesse évidente. Dieu est grand, sa puissance est sans limites, il peut tout faire, mais ce n’est pas dans ce verset qu’il nous le promet.

Le contexte biblique

Paul est encore une fois en proie à de nombreuses privations. Et tout cela pour Christ et non pas à cause d’un crime ou de ses ambitions personnelles. L’apôtre  n’affirme pas que Dieu lui donnera la force pour pouvoir sortir de cet état, mais le contraire : Il lui donnera la force de supporter cet état !  Il a déjà connu l’abondance, mais il a aussi trouvé le secret pour vivre dans le contentement en temps de disette. Il est important de comprendre que Paul parle de lui, de sa propre situation. Son « je » ici n’est pas un « on » déguisé. Il n’est pas en train de faire une doctrine, mais de témoigner d’une expérience. Cette expérience peut nous servir d’exemple, mais n’est en aucun cas un commandement. « Je puis tout par celui qui me fortifie » est un hymne à l’humilité et non pas un cri de guerre orgueilleux. Paul ne se vante pas, il se soumet.  Si nous voulons absolument appliquer ce verset à notre vie, on faitbien mais le sens est ce qui suit :  j’étais riche maintenant je suis pauvre à cause de l’évangile, Adonaï Jireh, donne moi la force de le supporter ; j’étais jeune maintenant me voici vieille, Jésus donne-moi le courage de l’accepter, j’étais belle me voici déformée, mon Dieu aide moi à m’y faire, j’habitais un palace me voici dans un taudis pour ta cause, mon Roi,  je veux garder ma joie, je suis en prison pour ma foi, alors que j’étais libre, mon Libérateur fais-moi découvrir le secret de Paul etc.

Le passage fait écho à 2 corinthiens 12 : 9 et 10.
9et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. 10C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Les bienfaits de ne plus faire de ce verset biblique un verset magique : tu ne rêveras plus de battre Usain Bolt au 100 m avec tes 4 h mensuels de Jogging, et loin de toi le stress lié à l’esprit de compétition, tu ne citeras plus ce verset avec orgueil mais avec soumission, tu ne bouderas pas ton Seigneur si un problème s’éternise, tu te fixeras des objectifs atteignables etc.

Je suis loin d’avoir fait le tour des versets bibliques devenus magiques, n’hésitez-pas à partager ceux que vous avez repérés.

Ami Rougé pour The Ami Journal